Suez, SIPEnR et la banque des territoires lancent la construction de la plus grande station de production-distribution d’hydrogène renouvelable de France

Fiche du projet

Energie : Hydrogène
Statut : En construction

Suez, SIPEnR et la banque des territoires lancent la construction de la plus grande station de production -distribution d’hydrogène renouvelable de France

Le SMITDUVM, SUEZ, SIPEnR et la Banque des Territoires lancent la construction de la plus grande station de production et de distribution d’hydrogène renouvelable en France avec les soutiens de l’Union européenne, la Région Île-de-France et l’ADEME. Implantée à côté de l’Unité de Valorisation Energétique (UVE) du Syndicat mixte de traitement des déchets urbains du Val-de-Marne (SMITDUVM) à Créteil (94), la future station de production et de distribution d’hydrogène produira 1 tonne d’hydrogène par jour à partir de la valorisation énergétique des déchets. Après un chantier de 12 mois, la station fournira, dès 2025, une solution énergétique renouvelable [1] à tous les acteurs de la mobilité verte du Val-de-Marne, et plus largement de l’Ile-de-France.


La plus puissante centrale de production et de distribution d’hydrogène raccordée à une unité de valorisation énergétique (UVE) des déchets

Construite et exploitée par la société H2 Créteil, qui réunit SUEZ, SIPEnR, filiale du SIPPEREC et la Banque des Territoires, la future centrale utilisera l’électricité produit à partir de la combustion des déchets ménagers des 19 communes [2] du SMITDUVM pour produire de l’hydrogène renouvelable par électrolyse de l’eau. SUEZ qui exploite l’UVE de Créteil, met à disposition le terrain sur lequel seront installés les équipements de production et de distribution d’hydrogène.

Le groupe SUEZ fournira également l’eau et l’électricité renouvelable nécessaires à la production d’hydrogène. Aux côtés de la société d’économie mixte SIPEnR, qui outre sa participation financière apportera son expertise du montage juridique, SUEZ financera la majorité du projet et pilotera la construction de la station. La Banque des Territoires, Groupe Caisse des Dépôts, partenaire de mise en œuvre du programme CEF Transport Alternative Fuels Infrastructure Facility de la Commission Européenne, apporte le solde du besoin en fonds propres du projet.

En 2025, la station produira 1 tonne d’hydrogène renouvelable par jour. A terme, elle pourra doubler sa production et distribuer jusqu’à deux tonnes par jour.


Une solution circulaire et locale pour accompagner la transition énergétique du territoire

Avec cette nouvelle infrastructure, le Syndicat mixte de traitement des déchets urbains du Val-de-Marne (SMITDUVM) agit activement pour la transition énergétique du territoire.

La tonne d’hydrogène renouvelable produite et distribuée chaque jour sur le site d’H2 Créteil, alimentera les flottes de véhicules lourds publics et des collectivités (bus, bennes à ordures ménagères, poids lourds, véhicules utilitaires, ...) ainsi que les véhicules légers des particuliers. Dès sa mise en service, la station fournira en hydrogène toute une ligne de bus d’Île-de-France Mobilité exploitée par la RATP, et permettra à l’avenir d’alimenter des bennes à ordures ménagères de Grand-Paris Sud-Est Avenir et des territoires limitrophes.

Le site de Créteil présente une configuration optimale pour le développement de la mobilité hydrogène. Sa situation géographique présente un atout majeur : situé à proximité immédiate d’un nœud routier important (A86, RN 6 et RN 406) et de nombreuses zones commerciales. Il est également implanté à une douzaine de kilomètres de Paris. Les véhicules à hydrogène pourront ainsi rouler dans la zone à faibles émissions de la Métropole du Grand Paris et au-delà sans pollution en sortie de véhicule.

Ce projet porté par le SMITDUVM et H2 Créteil est l’un des premiers à produire localement un hydrogène d’origine renouvelable, à un prix aussi compétitif que celui du diesel. Il permettra d’éviter l’émission d’environ 1 500 tonnes d’équivalent CO2 par an.


Un pas de plus vers la transition écologique du Val-de-Marne

Cette centrale hydrogène s’inscrit dans le plan de développement engagé depuis de nombreuses années par le SMITDUVM sur son UVE de Créteil pour améliorer son empreinte écologique. Elle vient compléter la valorisation énergétique du site qui produit déjà de la chaleur pour alimenter le réseau de chauffage urbain de Créteil et de l’électricité qui est vendue sur le réseau public. Ce projet est soutenu et financé par l’ADEME, la Région Ile-de-France et la Commission Européenne. Il illustre la volonté des territoires de développer des énergies alternatives pour accélérer leur transition écologique.

Il s’inscrit également dans la dynamique du plan hydrogène en France qui prévoit de consacrer 7 milliards d’euros d’ici à 2030 au développement de cette énergie d’avenir, bénéfique à la création d’emplois, à la qualité de l’air et à la lutte contre le changement climatique.


Florence Crocheton-Boyer, Présidente de SIPEnR :

SIPEnR déploie la transition énergétique avec les territoires. A Créteil, nous mettons notre ingénierie en commun avec SUEZ et la Banque des Territoires pour proposer aux habitants et aux entreprises une solution concrète, innovante et ambitieuse de mobilité bas carbone.

Jacques J.P. Martin, Président du SIPPEREC :

A la pointe des transitions depuis sa création en 1924, le SIPPEREC avait initié une étude prospective sur le développement de l’H2 en Ile de France avec le soutien de la Région et de l’ADEME. La pose de la première pierre de cette station à Créteil est la concrétisation de cette étude et de la confiance que porte le SIPPEREC dans le développement de ce vecteur énergétique. Je suis fier que notre SEM SIPEnR, avec Suez et la Caisse des Dépôts, ait concrétisé ce projet d’Hydrogène Vert.

Axel Urgin, Président du Syndicat Mixte de Traitement des Déchets Urbains du Val-de-Marne (SMITDUVM) :

L’usine de valorisation énergétique de Créteil a connu ces dernières années des changements majeurs visant à accroitre ses capacités et à en faire un outil industriel de pointe. Son modèle repose sur le traitement le plus vertueux possible des déchets via leur valorisation énergétique. Notre future station hydrogène, produit à partir d’électricité verte et adapté aux mobilités du futur, s’inscrit résolument dans cette logique de développement durable, seule réponse possible aux défis climatiques qu’affronte d’ores et déjà notre planète.

Sabrina Soussan, Présidente Directrice Générale de SUEZ

Je me réjouis de lancer la construction de la plus importante station de production d’hydrogène renouvelable, raccordée à un site de valorisation énergétique des déchets, en France. Ce projet s’inscrit dans la mission de SUEZ de permettre à ses clients de créer de la valeur sur tout le cycle de vie de leurs installations de gestion des déchets. Il vient compléter nos technologies de production d’énergie locale et durable à partir des déchets et des eaux usées : chaleur urbaine, électricité, gaz renouvelable. Il renforce notre action pour soutenir la transition énergétique du secteur de la mobilité.

Laurent Cathala, Président de Grand Paris Sud Est Avenir, Maire de Créteil :

La production et la distribution d’énergie sont des enjeux majeurs pour le territoire et sa population. C’est pourquoi la Ville de Créteil et Grand Paris Sud Est Avenir sont engagés de longue date sur les questions environnementales et climatiques. Nous avons donc soutenu massivement le développement d’une production locale d’énergies vertes, particulièrement la géothermie et la chaleur issue de l’incinération des déchets au sein de l’usine de valorisation énergétique Valo’Marne qui alimentent actuellement notre réseau de chauffage urbain avec plus de 80 % d’énergies renouvelables. Cette stratégie prend un nouvel élan avec la construction à Créteil de la plus grande station de production d’hydrogène renouvelable de France. L’hydrogène est en effet une des clés de la transition énergétique : en remplaçant les énergies fossiles, cette énergie permettra d’alimenter des véhicules sans rejeter de gaz à effet de serre et sans polluer l’air que l’on respire. Cette synergie locale permettra de maximiser l’intérêt écologique de l’hydrogène produit, fera progresser notre indépendance énergétique et permettra de créer de nombreux emplois d’avenir au sein de notre ville et de notre territoire.

Richard Curnier, Directeur régional Ile-de-France de la Banque des Territoires :

La Banque des Territoires est particulièrement investie dans les projets de décarbonation des mobilités. H2 Créteil est un projet territorial exemplaire de production d’hydrogène vert, dans lequel nous adoptons une posture partenariale aux côtés d’une part de nos co-actionnaires SUEZ et SIPEnR et plus largement de l’ensemble des collectivités soutenant le projet.

🡸 Revenir à la carte des projets

[1L’énergie issue de l’UVE est une énergie de récupération ayant une origine à 50% renouvelable. Dans son contrat avec l’UVE exploitée par ValoMarne, H2 Créteil achète uniquement une partie de l’énergie renouvelable produite par l’UVE et s’en assure par la fourniture de garanties d’origine.

[2Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Fontenay-sous-Bois, Nogent-sur-Marne, Le Perreux-sur-Marne, Saint-Maur-des Fossés, Villiers-sur-Marne, Alfortville, Boissy-Saint-Léger, Bonneuil-sur-Marne, Chennevières-sur-Marne, Créteil, La Queue-en-Brie, Le-Plessis-Trévise, Limeil-Brévannes, Noiseau, Ormesson-sur-Marne, Sucy-en-Brie, Villeneuve-Saint-Georges